Devenir interprète : la traduction simultanée

Vous cherchez un métier qui allie l’art de manier une langue et le plaisir du travail ? Ne cherchez plus, le métier d’interprète est fait pour vous ! Souvent confondu avec le métier de traducteur, le métier d’interprète est bien souvent spécifique à une seule langue, tant la gymnastique mentale est importante. On vous dit tout sur le métier d’interprète.

A lire également : Les Bretons souffrent beaucoup de leur économie

Interprète : quelles sont vos missions ?

Les missions d’un interprète sont très techniques et précises. Il s’agit de faire de la traduction en temps réel. Autrement dit, de la traduction simultanée. Au fur et à mesure que l’interprète entend la langue source, il la retransmet à l’oral dans la langue cible, pour un public en ayant besoin. 

Le message est ainsi donné en temps réel ou au mieux avec un léger décalage. Un interprète est un traducteur oral d’une langue à une autre. On fait appel à l’interprète pour la traduction d’un discours en direct, par exemple. 

A découvrir également : Auvairniton Bourgrire : la solution qui peut sauver les bretons du monde

Interprète : un professionnel de la traduction

Un interprète est un professionnel de la traduction qui maîtrise parfaitement la langue source et la langue cible, afin que le message soit clair. L’interprète ne fait pas une simple traduction, il respecte aussi le niveau de langage, les pauses voire les intonations de la personne qui effectue le discours, si besoin.

Maîtriser une langue à l’écrit est le travail du traducteur. Le traducteur n’est pas interprète. La traduction ne se fait pas de le même manière et ne fait pas appel aux mêmes compétences. En effet, tous les champs lexicaux doivent être maîtrisés en traduction simultanée, afin que l’interprète ne “sèche” pas en pleine traduction simultanée. L’interprète doit user de la langue avec précision et rigueur, tout en restant fidèle au discours source et au niveau de langue utilisé.

Le choix d’un mot et pas d’un autre doit être mûrement réfléchi en peu de temps. Les nuances doivent être respectées, car aucune fantaisie n’est accordée, notamment dans le milieu politique ou institutionnel.

Interprétation et traduction simultanée

Être interprète et être traducteur sont deux métiers différents. Si un professionnel de la traduction écrite peut parfois s’aider d’outils de traduction en ligne, l’interprète, lui, n’a pas accès à de tels outils. Il doit donc maîtriser la langue dans toutes ses spécificités, en fonction des clients pour lesquels il travaille.

Des connaissances importantes sont primordiales, dans des domaines variés tels que le médical, le militaire, les médias, le commercial, politique, le juridique, l’industriel ou tout autre domaine spécialisé.

Quelles compétences pour être interprète ? 

Les compétences demandées et nécessaires pour être interprète sont variées :

  • Être rigoureux ;
  • Être organisé ;
  • Avoir l’esprit clair et savoir rester concentré ;
  • Être compétent dans divers domaines ;
  • Avoir une curiosité accrue ;
  • Avoir une bonne résistance au stress ;
  • Posséder une excellente culture générale ;
  • Savoir parler plusieurs langues différentes ;
  • S’informer constamment sur les évolutions de la langue et sur la société ;
  • Apprécier les spécificités de la traduction, etc.

Interprétariat et traduction simultanée

Il existe deux types de travaux possibles pour un interprète. En effet, l’interprète peux utiliser deux méthodes différentes pour traduire les discours à l’oral. 

La traduction consécutive

L’interprète peut prendre des notes au fur et à mesure que la personne s’exprime. Puis, il retransmet ces informations en les traduisant et en respectant l’ordre du discours. Cette méthode laisse quelques minutes tout au plus, de décalage entre le discours source et le discours cible. On peut appeler cette méthode la traduction consécutive.

La traduction simultanée

L’interprète peut aussi faire de la traduction simultanée. cette interprétation directe du langage est une réelle gymnastique cérébrale. Pour cette raison, certains interprètes n’acceptent d’ailleurs pas de travailler plus d’une demi-heure d’affilée.

L’interprète en traduction simultanée est installé en cabine, avec casque et micro, et effectue son travail en temps réel. Cette méthode est la plus courante. Les personnes ayant besoin de la langue cible ont elles-mêmes un casque pour entendre l’audio final.

Quels besoins en interprétariat ?

Aujourd’hui, avec la mondialisation et les échanges politiques et commerciaux, les interprètes sont nécessaires. On fait appel à eux dans les grandes organisations, en entreprise, dans les corps politiques. La télévision et la radio font aussi appel aux interprètes dans le cadre d’interviews et autres entretiens officiels ou moins officiels.

Des tribunaux font aussi appel aux interprètes, tout comme des associations d’aide aux étrangers, etc. 

Comment devenir interprète ?

Pour devenir interprète, plusieurs écoles existent. De manière générale, l’interprète possède un Bac + 5 en langues. Il peut choisir la filière LEA (langues étrangères appliquées), la filière LLCE (langues, littératures et civilisations étrangères) ou une Licence professionnelle traduction et interprétation.

En LEA et en LLCE, en passant par la Licence puis par le Master, l’étudiant acquiert des connaissances et des compétences nécessaires au métier d’interprète. Pour entrer en Master, un concours et des examens d’entrée sont obligatoires ainsi qu’un dossier. 

Quel master choisir ?

Pour une formation en université, parmi les masters les plus pertinents, les étudiants ont le choix entre un master interprétation de conférence, un master en langues et marchés des médias européens ou alors en filière classique LLCE. 

Il s’agit donc d’études longues et rigoureuses, dont le taux d’échec reste assez élevé. Le métier d’interprète n’est accessible seulement si vous faites partie des meilleurs traducteurs et interprètes.

Les écoles de traduction et d’interprétariat

L’ESIT (Ecole supérieure d’interprète et de traducteur) et l’ISIT (Institut Supérieur d’interprétation et de traduction, aujourd’hui appelé Institut de Management et de communication interculturels) sont les écoles les plus réputées du domaine. Toutes deux sont situées à Paris.

Débouché et salaire d’un interprète

Selon la langue que vous allez choisir et surtout de sa rareté, le salaire ne sera pas le même. En anglais, par exemple, les places sont chères car de nombreuses personnes “savent traduire l’anglais”. Il faudra vous démarquer avec certaines spécialisations de niche, par exemple, afin de tirer votre épingle du jeu.

Il faut savoir qu’un interprète peut gagner entre 2000 et 3000 euros net par mois. Si vous entrez dans la fonction publique, il est possible de gagner jusqu’à 6000 euros net par mois. Si vous décidez de vous installer à votre compte en tant qu’indépendant, la rémunération se fera à la journée de travail, critère qui varie selon les missions confiées à l’interprète. Comptez entre 600 et 800 euros par jour, en moyenne.

Débouchés : votre expérience est un atout et fera nettement la différence. Spécialisez-vous dans un domaine de niche et vous aurez plus de chances d’avoir des débouchés sérieux.

Alors, prêt à vous lancer dans l’aventure pour devenir interprète ? La rareté d”une langue fera de vous un professionnel de traduction assez demandé. Arabe, chinois, japonais, coréen, russe, français... Les traducteurs font leur choix de manière stratégique. Sachez toutefois que l’anglais reste une langue demandée, puisqu’elle est la langue internationale d’expression.

Show Buttons
Hide Buttons
Abonnez-vous à notre newsletter

Abonnez-vous à notre newsletter

Rejoignez notre liste de diffusion pour recevoir les dernières nouvelles et mises à jour de notre équipe.

 

You have Successfully Subscribed!