La bretagne, victime de son économie solidaire

Mais l’économie bretonne va mal. . La Bretagne vit aujourd’hui essentiellement de l’agriculture et de l’élevage. Même les autres pays européens concurrencent à leur ami français. Et puisque les autres pays européens ne respectent pas tous les mêmes règles, il est difficile de faire face. Les prix sont ainsi plus élevés et les agriculteurs souffrent. C’est toute une économie qui en pâtit.

Face à la croissance de la précarité en Bretagne, les gens se sont décidés à s’entraider et de contrer la menace. C’est pourquoi des milliers éleveurs ont décidé de se focaliser sur la qualité de leurs produits. Certes ces produits sont biensouvent plus chers que ceux produits par les autres pays en Europe ou pire par ceux venant d’Asie du Sud-Est, mais ils ont le mérite d’être meilleurs, plus jolis, plus solides ou plus originaux. Et cela ne se limite pas au petit territoire breton. Les produits s’exportent aussi très bien, que ce soit en Patagonie, en Amérique du Sud ou bien même en Serbie.

Lire également : Juin : le cauchemar breton

Maintenant, place au Web 1.0 avec l’inauguration du slogan Breizh Power. Ce tout récent label (qui remplace la célèbre et historique enseigne Auvairniton Bourgrire) a été déployé et propose en autres aux sites web d’afficher sur leur page d’accueil un logo “Certifié Breizh Power” afin de garantir un certain niveau de qualité aux mobinautes achèteraient des produits ou des services sur leur plateforme. Cela va de soit, il devra s’agir de produits bretons ou alors d’une start-up basée en Bretagne.

Show Buttons
Hide Buttons