Sign in / Join

Comment travailler en Suisse sans permis ?

Pour travailler en Suisse, vous devez avoir un permis de travail Il existe différents permis de travail en Suisse selon votre situation , également appelé permis de voyage.

Pour travailler en France, la situation est différente, puisqu'un permis de séjour est requis.

A lire également : Economie en Bretagne : un drame en live

Les accords bilatéraux I de 1999 entre la Suisse et l'Union européenne permettent aux étrangers d'accéder au marché du travail suisse.

La France a également conclu des accords internationaux pour chaque catégorie de pays.

A voir aussi : Comment résilier facilement un contrat d’énergie ?

Principaux types de permis de travail en Suisse

  • Le permis B est délivré aux résidents de longue durée
  • Le permis L est réservé aux résidents de courte durée, pour une activité de moins d'un an
  • La licence C représente un permis d'affaires
  • Le Le permis G est accordé aux voyageurs frontaliers

Les accords de la Suisse diffèrent entre les pays de l' UE

  • permis pour les travailleurs frontaliers Les sont accordés illimités car il n'y a pas de quota pour le moment.
  • Les pays « historiques » et les pays de l'AELE — France, Allemagne, Autriche, Italie, Portugal, Espagne, Royaume-Uni, Irlande, Danemark, Suède, Finlande, Belgique, Pays-Bas, Luxembourg, Grèce, Chypre, Malte, Norvège, Liechtenstein, Islande — bénéficient de l'Accord de libre circulation des personnes (ALE) et ne sont plus soumis à des contingents depuis le 1er juin 2007.
  • Les pays de l'Est (Estonie, Hongrie, Lettonie, Lituanie, Pologne, République tchèque, Slovénie et Slovaquie) bénéficient de l'extension de l'accord sur la libre circulation des personnes et les quotas de permis ont disparu depuis 1 Mai 2011.
  • Les pays tiers (États-Unis, Inde, Chine, Japon...) ont des exigences d'entrée plus restrictives et des quotas de permis y sont soumis.
Permission Pour qui ? Comment ? Combien de temps ?
Permis B Ceux qui ont trouvé du travail et souhaitent vivre en Suisse. Contrat de travail ou promesse d'embauche pour plus d'un an. 5 ans
Permis C Ceux qui ont un travail et qui résident déjà en Suisse. Après avoir travaillé et séjourné en Suisse pour 5 ans. Indéterminé
Permis G Ceux qui travaillent en Suisse et vivent dans la zone frontalière Contrat de travail ou promesse d'embauche. Le travailleur doit rentrer chez lui au moins une fois par semaine. 5 ans (ou durée du contrat si inférieure à 1 an)
Permis L Ceux qui s'installent en Suisse pour une période inférieure à un an. Contrat de travail ou promesse d'embauche pour plus de 4 mois. Selon le contrat, maximum de 12 mois.

Procédures administratives

Les étapes dépendront de la nationalité du demandeur et du statut de son pays :

Si vous venez d'un pays ayant obtenu l'Accord sur la libre circulation des personnes (AFMP)

Les étapes se feront directement auprès de l'employeur. Dans ce cas, un formulaire de demande de permis de séjour délivré par l'administration cantonale et doit être rempli avec les documents suivants :

  • carte d'identité ou passeport
  • un certificat de travail du futur employeur
  • le formulaire de demande de permis de séjour
  • extrait de casier judiciaire
  • brochure de la famille

Coût d'application : entre 65 et 90 FRS.

Si le demandeur est transfrontalier et bénéficie également de l'Accord sur la libre circulation des personnes (AFMP)

Les procédures sont effectuées dans l'administration cantonale, le service de la population par l'employeur et le formulaire doit contenir les informations suivantes documents :

  • formulaire de demande d'autorisation de travail
  • photocopie de la carte d'identité
  • deux photos
  • certificat de résidence
  • le contrat de travail

Coût d'application : 65 FRS, payé par l'employeur

Les citoyens qui travaillent moins de 90 jours par an en Suisse

Ils peuvent passer par une procédure particulière, la procédure d'annonce . Un permis de travail n'est pas requis, mais votre employeur devra le déclarer à l'administration.

Différents types de permis de travail en France

carte de séjour temporaire

Valable pour une période maximale d'un an renouvelable . Selon la situation à l'étranger, il existe plusieurs types de cartes temporaires :

  • mention de la carte « Visiteurs »
  • mention de la carte « Étudiants »
  • Carte de mention « Stagiaires »
  • Carte de mention « Scientifiques »
  • Carte de mention « Profession artistique et culturelle »
  • carte indiquant « Employés et travailleurs temporaires »
  • carte mentionnant « Commerçants, industriels et artisans
  • carte qui mentionne « Pas d'employés »
  • carte qui mentionne « Travailleurs saisonniers »
  • carte qui mentionne « Employés affiliés »
  • mention de la carte « Vie privée et familiale »

Carte verte pour les compétences et les talents

Valable pour une période renouvelable de trois ans.

Carte de séjour pour résidents

Valable pour une période renouvelable de dix ans.

Carte de séjour pour retraités

Valable pour une période renouvelable de dix ans.

Procédures administratives

Les étapes dépendent de la nationalité du demandeur et de l'État de son pays :

Le National spatial européen (EEE) ou La Suisse « non active »

Vous pouvez vous déplacer et séjourner librement en France. Vous n'avez pas besoin d'une carte verte.

Toutefois, si vous postulez et remplissez les conditions, l'administration française doit émettre un et après plus de 5 ans de résidence légale en France, vous pouvez obtenir le droit de séjour permanent .

L'employé doit être en mesure de soumettre une déclaration d'engagement émise par son employeur ou un contrat de travail. Le travailleur indépendant doit être en mesure de fournir tout document prouvant l'existence et la durabilité de son activité (inscription au registre du commerce et des entreprises, répertoire des métiers, etc.).

Le prestataire de services doit être en mesure de soumettre tout document commercial (contrat de sous-traitance, contrat de service, commandes de service, etc.).

Le citoyen bulgare ou roumain

Vous devez avoir un résidence.

Cependant, il existe des limites en fonction de la situation de l'emploi dans le secteur économique en questionliste des métiers ouverts. En octobre 2012, la aux ressortissants des pays soumis à des dispositions transitoires (Roumanie, Bulgarie...) est passée de 150 à 291 professions.

Il existe une exception pour les jeunes titulaires d'un diplôme au moins équivalent au master travailler librement en France obtenu en France. Vous pouvez sans permis de séjour ni permis de travail.

Le ressortissant de certains nouveaux participants dans l'UE

Pays concernés : Estonie, Hongrie, Lettonie, Lituanie, Pologne, République tchèque, Slovaquie et Slovénie.

Vous devez passer par une période de transition qui limite votre embauche. Vous devez obtenir un permis de travail en France pour avoir le droit de travailler pour votre propre compte ou de créer une entreprise en France.

Le citoyen chypriote et maltais

Il n'est pas affecté par cette restriction.

Les citoyens de pays extérieurs à l'UE/EEE qui souhaitent travailler sur le territoire français

Ils devront demander un permis de travail en même temps que leur permis de séjour . En fait, les deux permis sont interdépendants.

Le cas des étudiants

Les étudiants étrangers ont le droit de travailler en France s'ils sont titulaires d'un permis de séjour étudiant, s'ils sont inscrits dans un établissement d'enseignement reconnu et remplissent certaines conditions, comme avoir un minimum de 12 heures de cours par semaine.

plein temps Un étudiant international ne peut pas travailler plus de 884 heures par an pendant son temps libre (c'est-à-dire pas plus de 19,5 heures/semaines). Pendant les vacances, il est autorisé à travailler .

Tous les étudiants qui ne viennent pas d'un Les pays de l'EEE ont besoin d'un permis de travail temporaire Direction départementale du travail (APT) Cela doit être demandé en personne auprès d'un bureau de la , de l'emploi et de la formation professionnelle (DDTEFP).

L'entreprise signe un contrat de stage Un poste d'étude n'est pas considéré comme un emploi, il ne nécessite donc pas d'autorisation spécifique.

Pour un étudiant, les documents nécessaires sont les suivants :

  • un passeport avec visa et titre de séjour,
  • la carte d'étudiant pour l'année en cours,
  • un certificat d'assurance
  • un contrat de travail
  • une enveloppe imprimée avec direction sonore.

Reconnaissance des diplômes de l'UE en Suisse et des diplômes suisses dans l'UE

Si le pays d'accueil ne peut pas émettre d'équivalence telle qu'elle est

Ensuite, vous devez donner au candidat la possibilité de compenser déficiences dues à un test d'aptitude ou à une période d'adaptation .

Dans les États membres de l'UE, l'expérience professionnelle acquise devrait être prise en compte, en particulier dans les domaines de l'industrie, du commerce, de l'artisanat, des services et de l'artisanat.

Pour les professions qui ne sont pas réglementées dans le pays d'origine, mais réglementées dans le pays d'accueil

Le candidat doit prouver qu'il a exercé la profession avec compétence pendant au moins deux ans .

Il n'est pas nécessaire de passer un examen d'équivalence de diplôme. Un permis de travail suffit.

Les professions suivantes sont automatiquement reconnues : médecin généraliste, dentiste, vétérinaire, pharmacien, infirmière généraliste, sage-femme, architecte.

Centres d'information sur la reconnaissance des diplômes

L' ENIC suisse en Suisse  : Centre national d'information sur les questions de reconnaissance académique. CRUS — ENIC suisse — case postale 607 — CH — 3000 Berne 9 — Tél : (0041) 31 306 60 32/38.

Réseau NARIC en France  : En l'absence d'un principe juridique d'équivalence entre les diplômes délivrés par les États membres de l'EEE, le réseau de centres nationaux d'information sur la reconnaissance académique des diplômes a été créé pour faciliter la mobilité grâce à la reconnaissance des diplômes étrangers.