Sign in / Join

Rennes : 3 élèves du lycée J. Jaurès récompensés par Jaeger-LeCoultre

Trois élèves du lycée Jean Jaurès à Rennes ont été récompensés par deux représentants de Jaeger-LeCoultre, l'une des plus prestigieuses manufactures d'horlogerie au monde. Une récompense qui vient saluer le travail exemplaire de ces trois lycées rennais.

Des garde-temps parmi les plus illustres

Quand on connait un peu le milieu de l'horlogerie et des montres, Jaeger-LeCoultre est un nom que l'on connait forcément. Cette manufacture d'horlogerie installée en Suisse est à la montre ce que les Rolls Royce sont à la voiture, des produits d'exception tant par leur élégance que par les mouvements innovants et redoutables de fiabilité qu'elle conçoit.
L'histoire de Jaeger-LeCoultre remonte au milieu du XIXe siècle. Lecoultre est un virtuose de l'horlogerie et va même bousculer la façon d'utiliser les montres puisque c'est à lui que l'on doit en 1847 le remontoir à bascule. Ainsi, pour régler l'heure ou remonter sa montre, plus besoin d'utiliser une clef comme c'était jadis le cas sur les montres à gousset, mais également sur les premières montres-bracelets.
Depuis, la firme n'a cessé d'innover, produisant par exemple le pendule Atmos dont la spécificité est qu'il fonctionne de manière totalement autonome en puissant son énergie des variations de températures. (Pour en savoir plus Jaeger-LeCoultre : http://www.bijoutierhorloger.com/marques/jaeger-lecoultre/)

A lire également : Une mini-school pour apprendre l’anglais à Val d’Anast

Jaeger Lecoultre :duometre spherotourbillon

Alors, quand des représentants de cette maison horlogère se déplacent pour venir souligner et récompenser le travail de lycéens dans le domaine de l'horlogerie, c'est un grand honneur. Cette année, trois élèves du lycée Jean Jaurès installé dans la capitale de la Bretagne, Tanguy Huret, de Damien Lefeuvre et d'Antoine Lévêque, se sont vus récompensés.

A découvrir également : Formation continue : comment en bénéficier ?

Antoine Lévêque qui a reçu le 1er prix devrait partira pour préparer le diplôme des métiers d'art à Morteaux, berceau de l'horlogerie industrielle française dans les années 60.